République FrançaiseAdeme
image
J'appelle un conseiller 0 808 800 700 (service gratuit + prix appel)

Les métiers de la rénovation énergétique et du bâtiment

Avec plus de 30 choix de carrière différents, trouvez votre voie  !

Maçon

Le maçon est le premier corps de métier qui intervient sur un chantier de construction, après le terrassier qui prépare le sol. Polyvalent, il exécute le gros œuvre sur des constructions neuves et anciennes : de la maison individuelle au stade, de la construction d’un immeuble à la rénovation d’un château, des piscines aux monuments.  

 

Le maçon effectue l'implantation des bâtiments d'après les indications du géomètre. Il réalise des travaux de maçonnerie à partir de directives orales ou écrites (sur la base des plans). Son travail fait suite aux travaux du terrassier qui a préparé le sol et le terrassement. Premier à intervenir sur une construction, le maçon met en place le " squelette " du bâtiment : il assemble des murs de briques, de pierres ou de parpaings ou des cloisons internes à l'aide d'engins de manœuvre, il pose des panneaux préfabriqués ou des blocs de fenêtre avec des mortiers, il applique ensuite les enduits sur les murs. Le maçon maîtrise la fabrication des éléments servant à maintenir ou à décorer l'enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine, et réalise des enduits intérieurs et extérieurs.

 

Doté d’une bonne condition physique (port de charges, travail en plein air et par tous les temps) et du sens de l’équilibre (échafaudages, échelles), le maçon fait preuve d’une bonne capacité d’organisation et de gestion de chantier. Prudent, il respecte scrupuleusement les règles de sécurité et sait gérer son temps. Il a l’esprit d’équipe et le sens des responsabilités. Il est enfin disponible et adaptable, car les chantiers peuvent l’amener à se déplacer parfois loin de son domicile, y compris à l’étranger.

 

Après quelques années d’expérience, le maçon peut devenir chef d’équipe, chef de chantier ou travailler à son compte.

Menuisier

Le menuisier conçoit, fabrique et pose des aménagements extérieurs (fenêtres, vitrines, verrières, vérandas) et intérieurs (escaliers, portes, placards, cloisons, etc.). Spécialiste du bois, le menuisier travaille aussi avec du PVC, du lamellé-collé, des panneaux de fibres et de l’aluminium.

 

Il conçoit les éléments de menuiserie sur mesure ou en série. Il travaille à son bureau pour tracer les plans, à l’atelier pour le façonnage des ouvrages et sur le chantier pour leur pose. Pour cela, l’artisan utilise des machines de découpe et d’assemblage à commandes numériques, mais aussi des outils plus traditionnels (scie, perceuse, visseuse, fraiseuse, etc.). Il se charge de leur vitrage et de leurs fermetures.

 

Minutieux et inventif, il est également prudent (les machines sont dangereuses), respectueux des règles et consignes de sécurité, et à l’aise dans la relation client.

Une expérience confirmée permet de se spécialiser dans un domaine (décoration, agencement de cuisines…), ou bien de devenir chef d’équipe, chef d’atelier, ou encore artisan installé à son compte.

Technicien(ne) de maintenance en génie climatique

Ou  technicien(ne) thermique / technicien(ne) de maintenance en chauffage et climatisation

 

Professionnel de l'ambiance et du confort, le technicien de maintenance en génie climatique est le spécialiste des appareils qui assurent la climatisation, le chauffage et la ventilation des locaux. Objectif : obtenir la température ou la qualité de l'air souhaitée, dans des bâtiments aussi différents que les logements, les salles de spectacle ou les bureaux. Veillant au bon fonctionnement des équipements techniques, le technicien assure leur entretien et leur dépannage. Toujours disponible, il apporte une solution rapide et efficace aux clients victimes d'une panne.

 

Ses fonctions sont variées et diffèrent selon l'endroit où il travaille. Il peut ainsi effectuer des études de faisabilité, organiser et suivre un chantier, réaliser des essais et mettre en service le matériel ou encore négocier des contrats. Le technicien en génie climatique gère à la fois les problèmes électriques, thermiques, informatiques et mécaniques de système de chauffage ou de climatisation. Dans un bureau d'études, il dessine des plans très précis de l'installation à réaliser en s'appuyant sur un cahier des charges. Il choisit le type de matériel le plus adapté et évalue les besoins en énergie. Il vérifie la conformité des différents éléments et leur compatibilité. Il effectue ensuite les réglages et le raccord des installations aux conduites d'eau et d'électricité. Quand il est en contact avec les clients, il identifie leurs besoins, puis propose une installation de chauffage ou de climatisation, accompagnée d'un devis. Enfin, il suit la réalisation des travaux et effectue les ultimes branchements.

 

Très recherché, il est employé aussi bien par les entreprises du bâtiment que par les sociétés de services chargées de l'exploitation et de la maintenance des installations.

Le secteur du génie climatique étant en pleine expansion, le marché de l'emploi se présente sous des auspices favorables. Très recherché, le technicien de maintenance est employé aussi bien par les entreprises du bâtiment que par les sociétés de services chargées de l'exploitation et de la maintenance des installations. Il peut intervenir dans les grandes surfaces, les laboratoires de transformation alimentaire, ou encore dans les entrepôts frigorifiques.

 

Un technicien de maintenance expérimenté peut accéder à un poste de chef de groupe ou de chef de secteur, puis prendre la direction d'une agence. Autre évolution possible : changer d'activité, en devenant, par exemple, chargé d'affaires (sa mission étant de prospecter et de fidéliser la clientèle) ou encore technicien dans un bureau d'études (il sera alors chargé de concevoir de nouveaux équipements climatiques).

Monteur(euse) en installations thermiques et climatiques

ou frigoriste / climaticien / chauffagiste / installateur thermique

 

Le monteur en installations thermiques assure le confort des bâtiments en installant et en entretenant des systèmes de chauffage, de climatisation et de ventilation. Il raccorde des appareils (chaudières, climatiseurs, ventilateurs, radiateurs et équipements de régulation) à des réseaux transportant de l’énergie ou des fluides (électricité, gaz, fioul, vapeur, eau).

 

L’évolution constante des techniques et les nouvelles orientations vers des énergies renouvelables (solaire, éolien , géothermie, biomasse,..) exigent une grande capacité d’adaptation et un bon niveau technique de sa part. Il doit prendre en compte une réglementation thermique qui exige des niveaux de performance élevés pour les installations, tant sur le plan du rendement que sur celui du respect de l’environnement. Les besoins en chauffage et climatisation, la nécessité de faire des économies d'énergie et les préoccupations écologiques font du monteur en installations thermiques et climatiques un interlocuteur indispensable, tant pour les particuliers que pour les entreprises, les commerces ou les hôpitaux.

 

Le monteur en installations thermiques et climatiques débute en tant qu'ouvrier qualifié. Le travail s'effectue souvent en équipe dans des entreprises de génie climatique. Il peut évoluer en se formant sur le tas ou en passant un BP (brevet professionnel). Après quelques années de pratique, il est possible de devenir chef d'équipe ou responsable de chantier. Ou encore de s'installer à son compte comme artisan. En se donnant la peine d'acquérir des connaissances complémentaires en électronique et régulation, on peut même accéder au poste de technicien de maintenance en génie climatique.

Plâtrier plaquiste

Le plâtrier et le plaquiste réalisent des aménagements intérieurs en utilisant différentes techniques et produits à base de plâtre. Ils réalisent également des travaux d’isolation thermique par l’intérieur, d’isolation acoustique et de protection au feu. Il participe au confort de vie et à l’embellissement de l’habitation.

 

Complémentaire du plâtrier dont il maîtrise les techniques, le plaquiste est plus communément appelé plâtrier-plaquiste. Le plaquiste est un professionnel qui applique des consignes de travail très méticuleuses et opère des manipulations précises. Sur un petit chantier, il est souvent polyvalent. Il réalise aussi bien la pose des plaques, les enduits, le lissage, les joints. Sur un gros chantier, il travaille en équipe et la division des tâches s’impose. Travaillant au niveau du second œuvre en intérieur, le plaquiste est toujours à l’abri des intempéries. Le port de charges lourdes est fréquent mais facilité par l’utilisation d’engins de levage. La gamme des produits et des techniques de pose évolue sans cesse. Le plaquiste doit donc s’adapter en suivant des stages de formation continue.

 

Le métier de plâtrier-plaquiste permet des évolutions professionnelles en termes de spécialités liées aux travaux d’aménagement et de finition des intérieurs ou aux spécialités du staffeur-ornemaniste. Dans une petite entreprise, il pourra devenir chef d'équipe, dans une plus grosse entreprise, et après un BTS aménagement-finition, il pourra devenir chef de chantier. Comme pour plusieurs métiers du bâtiment, le plaquiste, avec une expérience professionnelle, peut créer une entreprise artisanale.

Couvreur

Le couvreur travaille entre ciel et toit, été comme hiver. Sa mission consiste à recouvrir les toits de tuiles, d’ardoises, de zinc. Il assure l’étanchéité et l’évacuation des eaux de pluie, du faîtage à la ligne d’égout jusqu’au réseau collectif d’évacuation des eaux pluviales. Il intervient après la pose de la charpente pour un bâtiment neuf, ou à l’occasion d’une réparation sur les toitures des maisons individuelles comme des immeubles collectifs. Outre la toiture, il peut poser l’isolation thermique sous le toit ou encore assurer la restauration de bâtiments publics ou de monuments historiques.   

 

 

Plus que tout autre professionnel du bâtiment, il doit respecter les règles de sécurité en vigueur. Il travaille en équipe sur des chantiers, le plus souvent pour des entreprises du bâtiment et de travaux publics. Des déplacements parfois importants sont à prévoir lorsqu’il est employé sur un grand chantier.

 

 

Le couvreur travaille dans des entreprises artisanales où il peut être polyvalent ou spécialisé (exemple : couvreuse-zingueuse, toit en chaume...). ll peut également s’installer à son compte et se spécialiser dans la maison individuelle.

Façadier / Peintre en bâtiment

Sur un chantier de rénovation, de restauration ou de construction d'un bâtiment, le façadier fait partie des ouvriers qui interviennent lors de l'étape de finition extérieure.

 

La recherche d'une isolation thermique optimale pour les bâtiments en construction comme pour ceux en rénovation donne un rôle primordial aux façadiers. C'est également lui qui fixe les encadrements de portes et fenêtres et les éléments de décoration tels que carrelages, mosaïques, dalles... Il exerce souvent son activité en hauteur, sur un échafaudage.  Des notions de maçonnerie lui sont indispensables pour réaliser une chape ou une paillasse s’il travaille sur un immeuble neuf. Le travail de pose varie selon le type de revêtement.

 

Avec un supplément de formation (post CAP), un titulaire de bac pro du bâtiment peut obtenir un BTS enveloppe du bâtiment : façade et étanchéité. La fonction de chef de chantier devient alors accessible, de même que le travail en bureau d’études.

 

Le peintre en bâtiment s’occupe des finitions des murs, des plafonds et des sols d’un bâtiment, que ce soit en intérieur ou en extérieur. Le peintre en bâtiment embellit, protège et assainit les constructions. Sur les chantiers de construction, le peintre en bâtiment intervient après tous les autres ouvriers. Le façadier peut occuper ce type de poste.

Plombier(ère) Chauffagiste

Aujourd'hui, le plombier-chauffagiste n'est pas uniquement le professionnel que l'on appelle en urgence pour réparer une fuite d'eau. Il intervient aussi sur de nombreux autres types de chantiers : installation d'équipements sanitaires, pose de piscine et de spa, mise en place de système de chauffage...  Spécialiste du chaud et du froid, le plombier-chauffagiste est chargé de l’installation des systèmes thermiques (chauffage, ventilation, climatisation) de bâtiments collectifs ou individuels, dont il assure également la maintenance.

 

L’évolution des technologies (géothermie, biomasse…) et les contraintes environnementales contribuent à transformer son activité qui nécessite dans certains cas des connaissances plus spécifiques.

 

Il exerce son activité en tant que salarié dans une entreprise de plomberie sanitaire ou du bâtiment ou dans une entreprise proposant diverses spécialités : couverture, thermique, zinguerie, sanitaire, climatique, installation en génie climatique ou maintenance... Un plombier confirmé peut devenir chef de chantier, contremaître, conducteur de travaux, plombier zingueur, artisan installé à son compte, et se spécialiser dans les énergies renouvelables (solaire, géothermie, etc.). Un chauffagiste peut devenir chef d’équipe ou responsable de chantier, se spécialiser dans un certain type d’installation ou poursuivre une activité à son compte (avec une formation en gestion et comptabilité).

Electricien(ne) installateur(trice)

L’électricien du bâtiment est traditionnellement chargé de l'équipement électrique des constructions. Il peut aussi être amené à participer à des installations plus complexes comme une climatisation ou un ascenseur. Dans le cadre d’un plan de rénovation, l’électricien du bâtiment remplace également les installations anciennes pour les rendre conformes aux nouvelles normes.

 

En matière de rénovation, il doit sans cesse improviser des solutions sécurisantes qui puissent s'accorder avec les exigences du bâti. Les activités de l’électricien du bâtiment couvrent un grand nombre d'installations différentes. Les automatismes (domotique) sont aujourd'hui très appréciés et représentent un renouvellement du travail de l’électricien. Tous ces marchés requièrent une technicité sans faille, à laquelle les électriciens doivent s'adapter.

 

L'électricien confirmé peut viser un poste de chef d'équipe, ou acquérir une expertise dans un domaine bien précis (industriel, domotique…) et devenir superviseur de projets. Cette spécialité d'électricien ne devrait pas avoir de problèmes d’emploi en raison du développement de la domotique qui implique de nombreux travaux d’équipement électrique dans toutes les catégories de bâtiments (économie d'énergie, photovoltaïque…). Qu'il soit à son compte ou employé d'une société, l'électricien ne manque pas de chantiers. Ses compétences sont très demandées.

Charpentier(ère) bois

Le charpentier intervient sur tous les types de constructions : maisons à ossature en bois, immeubles, hangars agricoles, bâtiments industriels, aménagement et mobilier urbain. Sa fonction principale est de donner à la maison son toit. Il façonne pour cela des poutres, les assemble et installe l’ensemble.

 

Le charpentier intervient également dans le tracé et la pose (ou levée) des escaliers, des planchers, des colombages et menuiseries courantes. Il utilise principalement le bois : ce matériau offre selon ses origines une grande variété de résistance, de dureté que le charpentier doit connaître et maîtriser. La science de la résistance des matériaux, la science du trait et celle du geste ne doivent pas avoir de secrets pour lui.De plus en plus de nouveaux matériaux tels que les composites, les plastiques, le verre, l'aluminium, le PVC, le métal sont utilisés en charpente et représentent autant de techniques de façonnage à maîtriser.

 

Le charpentier travaille en entreprise industrielle ou artisanale. Il peut aussi exercer en bureau d'études ou dans l'enseignement comme formateur. 

Architecte

Engagé par un client privé ou public, l’architecte réalise tout d’abord une étude de faisabilité du terrain. Puis il fait une première esquisse du projet sous forme de plans précisant l’implantation et la répartition des volumes. Il doit prendre en compte à la fois les contraintes d’ordre réglementaire (techniques et urbanistiques), les exigences du client (budget, type de travaux, délais de livraison) et de plus en plus les aspects et enjeux liés à la transition écologique (matériaux durables et isolants, rôle du numérique...).

 

Après accord du client ou du commanditaire, il réalise un avant-projet qui indique le type de matériaux, les couleurs choisies, les surfaces à construire, l’estimation globale du coût des travaux et les délais de réalisation.  L’architecte dessine les plans d’exécution. Il contacte plusieurs entreprises du bâtiment et examine les différentes propositions qui lui sont faites avant de faire son choix (il compare les prix, les qualifications de l’entreprise).

 

Il rédige un document détaillant la nature des prestations de chaque corps de métiers (maçons, menuisiers, électriciens, etc.) ainsi que les caractéristiques des matériaux préconisés qu’il remettra à l’entrepreneur avec le plan de l’avant-projet. Les travaux peuvent alors commencer. L’architecte en assure la direction technique en qualité de maître d’œuvre d’exécution. Il coordonne les travaux jusqu’à la réception de l’ouvrage.

BIM manager

La fonction de BIM manager est un métier récent qui se développe de plus en plus dans le domaine du BTP et du génie civil pour gérer le cycle de vie d'un bâtiment ou d'une infrastructure, de sa conception à sa démolition. 

 

Sorte de maquettiste numérique en chef, le BIM manager a pour mission de mettre en œuvre, de gérer et de coordonner une démarche BIM, processus d'ingénierie collaborative basée sur une maquette partagée par les différents intervenants d'un projet de génie civil ou de construction. Son objectif : améliorer la gestion et le suivi d'un projet, faciliter la prise de décision tout en maîtrisant la gestion des coûts et les contraintes techniques, réglementaires et environnementales.

 

Le BIM manager définit en amont les règles et outils de cette plateforme collaborative (charte, mode d'intervention...) ou maîtres d'œuvre et maîtres d'ouvrage sont amené.e.s à interagir dans leur domaine de spécialité (intégration des spécifications techniques, programmation des interventions et avancement, autorisations et réglementations..). Tout au long du projet, il veille à son optimisation, coordonne et manage les équipes à travers l'animation de réunions, établit des rapports et des synthèses techniques. Le BIM manager travaille en collaboration avec le.la BIM modeleur chargé de développer la maquette numérique, le BIM coordinateur chargé de la gestion des différents modèles BIM d'un projet.

 

Le BIM manager est employé au sein de bureau d’études techniques, cabinet d’architectes, de cabinets d'économistes de la construction, d'entreprises de BTP. Le métier de BIM manager nécessite des qualités de management, d'analyse, de synthèse, de communication. Il implique également de la rigueur, de grandes facilités d'adaptation et la maîtrise des logiciels métiers. Autant de compétences qui expliquent pourquoi ce poste est généralement confié à des professionnel.le.s expérimenté.e.s qui ont déjà une bonne approche et connaissance de la démarche BIM.

Economiste de la construction

L’économiste de la construction est le chef d’orchestre à la tête de tout projet de construction ou de rénovation, il est aussi appelé « métreur ». Il assiste le maître d’ouvrage pour le conseiller avant, pendant et après les travaux. Il prescrit, estime, planifie quantifie, maîtrise chaque étape d’un chantier. Il est la tête pensante qui articule et mène à terme le projet. Il réfléchit à l’optimisation des coûts, des produits. Il a une vision globale et transversale du projet, ce qui l’entraîne à devoir parler et interagir avec chaque acteur et chaque intervenant du chantier.

 

L’économiste de la construction intervient sur tous types d’ouvrages : neuf, ancien, reconstruction, génie civil. Il étudie en premier lieu la faisabilité du projet, il calcule l’estimation du coût, il fait du prévisionnel, ajuste et vérifie à chaque étape du projet. La complexification des règles de la construction et des normes énergétiques et environnementales fait que le métier d’économiste de la construction devient le maillon incontournable d’un projet qu’il soit modeste ou très important. Il est à la fois conseiller, concepteur, assistant et chef de projet. 

 

L’économiste en construction peut exercer dans un bureau d’étude, en profession libérale, dans la fonction publique ou une entreprise du BTP.

Ingénieur en génie climatique

La mission de l'ingénieur en génie climatique est d'obtenir - dans des locaux professionnels ou des habitations - la température et la qualité de l'air souhaitées, tout en réalisant des économies d'énergie et en répondant aux contraintes réglementaires et budgétaires. Pour ce faire, il intervient dès la conception du projet immobilier, pour conseiller le promoteur et l'architecte (orientation des ouvertures, choix des matériaux, agencement des pièces) mais aussi chiffrer l'ensemble des coûts.

 

Il réalise des études d’audit et d’optimisation d’énergie dans le bâtiment dans le cadre de nouvelles constructions ou de réhabilitation de bâtiments (consommation d’énergie, niveau d’isolation, déperdition d’énergie.). Au terme de ses études et bilans énergétiques, l’ingénieur en efficacité énergétique propose des solutions techniques chiffrées (choix de matériaux et d’équipements, faisabilité technique…) au cabinet d’architecte et au maître d’ouvrages, au particulier. Enfin, après réception du chantier, cet expert en énergies renouvelables s'occupe du suivi des équipements : veiller à ce que tout fonctionne normalement, chercher à réduire les coûts et proposer des améliorations. Expert dans les énergies renouvelables, il sait proposer des moyens écologiques.

 

Avec l’expérience, l’ingénieur en génie climatique peut devenir Chef dans une petite ou moyenne entreprise. Chez des exploitants, il peut rapidement évoluer vers le poste de directeur d’exploitation, être responsable de plusieurs sites ou devenir ingénieur expert.

Ingénieur en génie civil

L’ingénieur(e) du BTP est présent dès les premières étapes de l’élaboration d’un projet, pour définir sa faisabilité technique et financière. Il est chargé des études liées à la construction d'un ouvrage réalisé par une entreprise. Son intervention en bâtiment détermine les procédés techniques à utiliser, ainsi que les conditions de réalisation d'un chantier. Pour cela, il procède à diverses simulations lors de la phase de conception.

 

L’ingénieur propose un panel de solutions techniques répondant au besoin d’un maître d’ouvrage. L'ingénieur structures est chargé de mettre au point le squelette du bâtiment et d'assurer la stabilité de l'ouvrage en fonction de critères comme le terrain ou les matériaux utilisés. Sa tâche principale consiste à réaliser des études de conception multiples comme le calcul de structures ou le dimensionnement (pour le béton armé, le bois, l'acier…). Il est chargé de concevoir et de chiffrer les projets de construction pour permettre à son entreprise de répondre aux appels d'offres. Il définit les moyens nécessaires, qu'il s'agisse des ressources humaines ou du matériel.

 

L'ingénieur méthodes crée les conditions optimales d'exécution du travail. Il met en place le planning des travaux (moyens techniques nécessaires, matériel prévu, nombre de personnes sollicitées...) et choisit le matériel et les procédures. Sur les grands chantiers, les conducteurs de travaux exercent sous la houlette d'ingénieurs travaux responsables des opérations.

 

Ensuite, l'ingénieur de travaux, secondé par le conducteur de travaux, assure la bonne marche du chantier. Il dirige les ouvriers, veille au respect du budget et des délais. Petits travaux ou grands projets de construction, l'ingénieur du BTP est partout. C'est un cadre qui travaille en équipe, prend des décisions et assume des responsabilités au sein d'une entreprise.

Chargé d'affaires en génie climatique

Le chargé d'affaires en génie climatique vend des systèmes de climatisation sur mesure aux entreprises. Spécialiste de la température et de la qualité de l'air, il vend des équipements pour les centres commerciaux, les tours de logements, de bureaux, les aéroports, les hôpitaux, les administrations, etc.

 

Il commence par analyser la demande de l'entreprise décrite dans un cahier des charges. Il peut s'agir de créer une atmosphère stérile dans un laboratoire ou un bloc opératoire, par exemple. Avec l'aide des ingénieurs d'études en génie climatique, il élabore une série de propositions techniques (architecture des installations, performances des matériels). Il établit un devis puis entame les négociations avec le client. Après la signature du contrat, il supervise l'installation des équipements sur le site, et met tout en œuvre pour assurer le bon déroulement du projet (respect des coûts, de la qualité et des délais).

 

Une fois les travaux terminés, il assure la mise en service de l'installation, en présence du client, et le service après-vente (modification des équipements, amélioration de leurs performances). Le poste requiert une double compétence en génie climatique et en techniques commerciales.

Conseiller(e) en énergie

ou chargé de projet / conseiller(e) en rénovation énergétique / chargé(e) d'affaires en rénovation énergétique du bâtiment / économe de flux

 

Le conseiller énergie ou la conseillère énergie conseille son interlocuteur mais aussi propose différentes solutions énergétiques et recommandations d’équipements moins énergivores. C’est avant tout quelqu’un qui informe. Que ce soit en rendez-vous en face à face ou par téléphone, il s’adresse d’abord à quelqu’un qui a des questions à lui poser. Dans un second temps et après avoir soigneusement étudié le profil du consommateur, le conseiller énergie propose des solutions commerciales pour aider son interlocuteur à réduire sa consommation énergétique. Fin connaisseur.se du secteur de l’énergie et des énergies renouvelables, le conseiller énergie sait transmettre une information et guider le consommateur vers une démarche éco-responsable. 

 

Le conseiller énergie exerce dans des structures diverses : fournisseurs d’électricité et de gaz, entreprises privées ou publiques, collectivités locales, associations environnementales, structures environnementales publiques etc. Ce poste est souvent occupé par des profils commerciaux ayant un fort intérêt pour les problématiques des énergies vertes et renouvelables, de l’écologie. Le métier de conseiller énergie est un métier encore en plein essor aujourd’hui. C’est un métier d’avenir au cœur des préoccupations environnementales. A la fois dans les grandes comme les petites structures, le.la conseiller.ère énergie peut devenir : responsable d’équipe, Chief Operating Officer, commercial dans le domaine des énergies renouvelables, formateur, chef de projet dans les énergies renouvelables, responsable d’un bureau d’étude thermique...

Domoticien

Le domoticien a pour mission de rendre la maison plus "intelligente", écologique et confortable. Il utilise pour cela toutes les techniques qui permettent les commandes à distance et les programmations : électronique, électricité, automatismes, informatique…Son rôle n'est pas de créer tous ces produits automatisés mais de les adapter, de les installer et de les mettre en service. 

 

Le domoticien peut intervenir ainsi dans de multiples domaines. En premier lieu, la sécurité des personnes et la protection des biens par des systèmes d’alarme, de contrôle d’intrusion extérieure ou d’alerte d’incendie. Mais le domoticien s'intéresse aussi au confort thermique, acoustique ou visuel, à la régulation de l’éclairage en fonction de la luminosité extérieure, au chauffage ou à la climatisation, la température de l’eau dans la salle de bains, la fermeture de stores à une heure programmée, etc.

 

Le champ d’activité du domoticien ne se limite pas à la maison individuelle : il englobe aussi les immeubles collectifs, logements et bureaux où les différentes installations peuvent être connectées et « dialoguer » entre elles (portes automatiques...). Dans les immeubles de bureaux, on parle alors d’immotique et d'immoticien. 

 

Technico-commercial, le domoticien a un rôle d'information essentiel auprès de la clientèle ce qui nécessite d'indispensables qualités de communication et de pédagogie. Il doit aussi posséder de solides connaissances en électricité mais aussi dans les systèmes informatisés et robotisés et bien entendu dans le bâtiment. 

 

Les domoticiens sont essentiellement employés par les entreprises du bâtiment, les installateurs d'équipements techniques ou les sociétés de maintenance.

Conducteur de travaux

Le conducteur de travaux / la conductrice de travaux est une personne de terrain et ses activités varient beaucoup selon la taille du chantier et la structure de l’entreprise. Il dépend directement du chef d’entreprise ou du directeur des travaux.

 

Il est responsable de la qualité des travaux effectués, de la tenue des délais et du respect du budget. Il contrôle toutes les étapes du chantier, depuis l’étude du dossier jusqu’à la réception des travaux. Toujours en déplacement, il fait le lien entre tous les intervenants, décideurs ou exécutants. Il étudie le dossier concernant le projet de construction, les plans d’architecte, les différents cahiers des charges, les devis. Il effectue les démarches administratives et techniques d’ouverture du chantier.

 

Il assure la gestion financière, organise les approvisionnements. Il intervient dans le choix des matériaux et des équipements utilisés ainsi que dans les négociations avec les sous-traitants. Il surveille l’avancement des travaux, étudie avec les ingénieurs les problèmes rencontrés et veille aussi au respect des dispositifs de sécurité.  Il décide de la composition des équipes et gère les plannings de travail. Il peut participer au recrutement des personnels. Le conducteur de travaux rédige les rapports de chantier et rencontre les clients. Il travaille aussi dans des bureaux d’études techniques ou des cabinets d’architecte.

 

La fonction de conducteur de travaux constitue un aboutissement dans la carrière d’un technicien du bâtiment et des travaux publics. Un conducteur de travaux expérimenté peut créer sa propre entreprise. L’acquisition d’un diplôme d’ingénieur du bâtiment et des travaux publics est aussi une évolution possible. Les chefs de chantier peuvent accéder à ce poste après quelques années d’expérience professionnelle et une formation complémentaire.

Chef de chantier

Selon la taille du chantier, le chef de chantier dirige en partie ou en totalité les travaux (plusieurs chefs de chantiers sur les gros chantiers). Il supervise l’installation du chantier, la livraison et la réception des engins et des matériaux. Il seconde le conducteur de travaux dans le contrôle des approvisionnements et la gestion du personnel.

 

Présent en permanence sur le chantier, il organise le travail à partir des plans qui lui ont été confiés et coordonne l’action des différents corps de métiers présents simultanément ou successivement sur le chantier, organise des réunions de chantiers. Il est responsable des délais d’exécution et définit les volumes d’heures et de main d’œuvre nécessaires. Il doit avoir une bonne appréciation des conditions concrètes de réalisation des tâches, des besoins en hommes et des matériels à mettre en œuvre. La fin de la journée est dédiée aux travaux administratifs : comptes rendus et préparations de réunions de chantier. Le chef de chantier veille également à l’hygiène et au respect des règles de sécurité du travail particulièrement importants dans le domaine des travaux publics.

 

Très mobile, le chef de chantier est appelé à se déplacer et à effectuer de nombreuses visites sur le terrain. Son rythme de travail peut être modifié par des impératifs techniques, des délais à respecter et surtout les intempéries.

En savoir plus sur les métiers de la rénovation énergétique